dimanche 15 septembre 2013

Axiome de baise

        
 
Aiden Shaw 
« On ment beaucoup sur la beauté. Elle n’est pas relative. Elle n’est pas intérieure. Je ne parle pas du charme, de l’intelligence, de l’humour. Je parle de la fermeté des chairs, de l’harmonie des traits. Tout cela se quantifie. La beauté est arithmétique. Son pouvoir est absolu. Elle règne sur les cœurs. Sa seule vision apaise. Chacun peut s’en repaître. Elle est le maître. Quelques centimètres en plus ou en moins et nos rêves (partouzer sous coke avec Aiden Shaw, par exemple) se réalisent ou s’évanouissent… »
(Guillaume Dustan, Nicolas Pagès). 

Jean Delville, L'école de Platon
Maître en arithmétique et vénérable apôtre de l’art hermétique, Jean Delville incarne à merveille l’idée de beauté platonicienne. Lilith s’est souvent recueillie jusqu’à l’évanouissement devant son École de Platon, dont les dimensions vertigineuses nous jettent littéralement dans les bras de ses douze éphèbes aux corps lascifs. Jusqu’ici souvent déserte, la salle abritant cette œuvre permet encore une visite jalousement solitaire. Mais plus pour longtemps : à partir du 24 septembre prochain et jusqu’au 2 janvier 2014, les doux amis de Lilith se verront rejoints par une horde d’hommes nus, et ils ne bouderont sûrement pas leur plaisir…

Exposition Masculin/Masculin, l’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours, au musée d’Orsay à Paris.

3 commentaires:

  1. Amis de la poésie,
    Verlaine serait encore des nôtres qu'il n'eût pas manqué de vous dédier – à l'instar de l'auguste Auguste – l'une des perles de son imagination!

    RépondreSupprimer